A quel âge peut-on partir à la retraite

A quel âge peut-on partir à la retraite ?

No votes yet.
Please wait...
(Dernière mise à jour : 12 août 2018)

Depuis 2010, l’âge légal pour partir à la retraite a été repoussé à 62 ans pour les personnes nées après 1955. Des cas particuliers sont toutefois reconnus permettant à certaines personnes de partir à la retraite avant 62 ans. Voici ce qu’il faut savoir …

Déjà travailleur avant ses 20 ans

Partir à la retraite avant l’âge légal est possible pour les personnes ayant travaillé avant leur 20 ans. Cela signifie effectivement qu’elles traînent, derrière elles, une longue carrière de plusieurs années, mais attention, quelques conditions sont toutefois imposées dans ce cas cas-ci. En effet, pour pouvoir partir à la retraite dès 60 ans, la personne concernée doit :

  • Justifier de cinq trimestres cotisés avant la fin de l’année de ses 20 ans
  • Avoir accumulé une certaine durée d’assurance durant sa carrière

En ce qui concerne la « durée d’assurance cotisée », il faut y déduire les trimestres non travaillés. Là encore, les personnes ayant fait de longues carrières en sortent gagnantes puisque pour elles, seuls quatre trimestres seront retenus. Pour celles qui ont eu une carrière classique, tous les trimestres non travaillés seront pris en compte.

Dans le cas où vous répondez à tous critères pour faire valoir vos droits à la retraite avant vos 62 ans, sachez que votre retraite de base sera à taux plein et que vos retraites complémentaires de salarié ou d’indépendant ne seront pas minorées.

Petite exception toutefois, les professionnels libéraux doivent attendre leurs 62 ou 65 ans, en fonction  du régime de leur profession, pour demander leurs retraites complémentaires non minorées.

La retraite

Pour les fonctionnaires « actifs »

Les fonctionnaires actifs sont les pompiers professionnels, les agents de police, les aides-soignants, les sages-femmes, les égoutiers, …

Pour ces fonctionnaires, faire valoir leurs droits à la retraite peut se faire sans aucune décote dès leurs 57 ans. La condition : être née en 1960 ou après, mais avoir exercé au moins 17 ans au poste « actif ».

Et exception pour les militaires, lesquels peuvent faire valoir leurs droits quel que soit leur âge à condition que :

  • Les officiers aient cumulé 27 ans de service
  • Les non-officiers aient cumulé 17 années

Un autre avantage leur est offert : leur pension peut être cumulée avec de nouveaux revenus issus de nouvelles activités après la retraite.

Des points sur le compte pénibilité

Les salariés du secteur privé et agricole cumulent des points sur leur compte professionnel de prévention depuis 2015 à cause d’une exposition à un ou plusieurs facteurs de pénibilité. Ce compte est alimenté par leur employeur. Pour chaque tranche de 10 points, l’âge légal de départ à la retraite est rabaissé d’un trimestre et cela continue ainsi jusqu’à un maximum de huit trimestres. Ainsi, au lieu de partir à 62 ans, ces salariés peuvent partir des 60 ans si les conditions sont respectées.

En effet, à part ce cumul de points, il faut également que cette exposition à un facteur de pénibilité ait duré pendant 10 à 20 ans.

Dans le cas d’une incapacité professionnelle

Seule l’incapacité permanente, totale ou partielle à un certain degré et causée par un accident de travail ou une maladie professionnelle peut justifier un départ anticipé à la retraite. Ce régime spécial est valable pour :

  • Les magistrats et les militaires : ces derniers peuvent faire valoir leurs droits à la retraite suite à une inaptitude définitive causée par leurs fonctions et ce, quel que soit leur âge
  • Les salariés exposés à l’amiante pendant une certaine durée au cours de leur carrière : ces derniers peuvent bénéficier d’une préretraite dès 50 ans, mais sous forme d’Allocation de Cessation anticipée d’activité des travailleurs de l’amiante ou Acaata
  • Les salariés du secteur privé, les contractuels de la fonction publique et les exploitants agricoles : le départ à la retraite de plein droit et à taux plein leur est possible à l’âge de 60 ans à condition qu’ils justifient d’une incapacité permanente d’au moins 20 % à cause d’une maladie professionnelle. Si la cause de l’incapacité est un accident du travail, le salarié doit obtenir l’accord du médecin-conseil de la caisse de retraite de base

retraités

Dans le cas où l’incapacité est comprise entre 10 à 20 %, diverses conditions supplémentaires sont exigées dont l’accord de la caisse de retraite et une durée d’exposition d’au moins 17 ans à des facteurs de risques professionnels.

Pour les salariés handicapés

Partir à la retraite entre 55 à 60 ans est possible pour les personnes souffrant d’une incapacité permanente d’au moins 50 % laquelle a été reconnue par une maison départementale des personnes handicapées (MDPH). Cela est également valable pour les travailleurs reconnus handicapés avant le 1er janvier 2016.

Dans les deux cas, les conditions suivantes doivent être respectées :

  • Avoir engrangé un certain nombre de trimestres cotisés durant leur période réelle d’activité professionnelle
  • Avoir accumulé un certain nombre de trimestres de retraite quel que soit le régime de base
  • Souffrir d’une incapacité permanente d’au moins 50 %

Pour précision, le fait que vous ayez été reconnu inapte au travail n’est pas une raison suffisante pour partir en retraite anticipée. Toutefois, cela vous garantit une retraite de base à taux plein, calculée en fonction des trimestres acquis pour la retraite de base et des retraites complémentaires sans minoration.

 

Page 1 sur 11

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *